Appel du 18 juin 1940

Le 18 juin 1940 à Londres, en réaction au discours du Maréchal Pétain de la veille annonçant que son Gouvernement est entré en contact avec l'Allemagne pour négocier un armistice, le Général de Gaulle prend la parole sur les ondes de la BBC pour appeler les Français à poursuivre le combat contre l'envahisseur allemand.

Initiative d'un général inconnu, l'Appel du 18 juin 1940 marque le refus de tout armistice avec l'Allemagne nazie. Il est l'acte fondateur de la Résistance française : "Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas".

Deux versions distinctes de cette intervention seront publiées le lendemain dans la presse anglophone et les journaux français. La presse anglophone reproduira l'appel initialement préparé par le Général de Gaulle (Document 1). Les journaux français publieront un texte différent dans lequel il est indiqué que le Gouvernement Pétain s'est engagé à ne pas signer un armistice déshonorant (Document 2). Cette affirmation introduit la possibilité que la France puisse rester dans le conflit. Le Général de Gaulle a accepté de modifier son texte initial à la suite d'une demande du cabinet anglais qui voulait préserver ses relations avec le gouvernement français. Le message lu à la radio est une version réduite du texte modifié (Document 3).

Une preuve que l'appel de Londres a été entendu en France : la réponse du Gouvernement Pétain. Le 19 juin, ce dernier réagit aux déclarations du sous-secrétaire d'Etat à la Défense et à la Guerre du précédent gouvernement en publiant le communiqué suivant :

"Le général de Gaulle, qui a pris la parole à la radio de Londres, ne fait plus partie du gouvernement et n'a aucune qualité pour faire des communications au public. Il a été rappelé de Londres et a reçu l'ordre de rentrer en France et de se tenir aux ordres de ses chefs. Ses déclarations doivent être regardées comme non avenues".

Le Gouvernement britannique l'ayant contraint au silence pendant toute la durée des négociations franco-allemandes, le Général de Gaulle s'exprimera à nouveau à la BBC le 22 juin 1940 pour déclarer que l'armistice qui va être signé est une "capitulation", puis le 23 juin 1940 ("Il n'existe donc plus sur le territoire de la France métropolitaine de gouvernement indépendant"), le 24 juin 1940 ("Il faut qu'il y ait un idéal. Il faut qu'il y ait une espérance. Il faut que, quelque part, brille et brûle la flamme de la résistance française"), le 26 juin 1940 pour répondre au discours du Maréchal Pétain de la veille justifiant la signature de l'armistice franco-allemand du 22 juin 1940 entré en vigueur le 25 à 1 h 35, le 28 juin 1940 pour annoncer que le gouvernement britannique l'a reconnu comme le "Chef des Français Libres", le 2 juillet 1940 pour affirmer qu'en prenant les armes ses compagnons et lui ont choisi la voie de "l'honneur et de l'espérance", le 8 juillet pour évoquer la tragédie de Mers el-Kébir, le 13 juillet 1940, ("Français ! Sachez-le, vous avez encore une armée de combat") et enfin, dernier exemple, le 23 juillet 1940 pour annoncer que "le 21 juillet, le combat a repris entre les forces françaises et l'ennemi".

Incarnation de la France qui refuse la défaite et qui veut continuer de se battre contre l'Allemagne, le mouvement gaulliste sera immédiatement combattu par les partisans de la Paix avec Hitler à savoir le Maréchal Pétain et... le Parti Communiste Français.

Des nombreuses mesures prises par le Gouvernement Pétain puis le Régime de Vichy contre la personne du Général de Gaulle, on mentionnera la décision du Tribunal militaire de Clermont-Ferrand du 2 août 1940 le condamnant par contumace à la peine de mort et le décret du 8 décembre 1940 le privant de la nationalité française.

Quant au Parti communiste, son organe central, l'Humanité, accusera le Général de Gaulle d'être un "agent de la finance anglaise" qui par vénalité veut "faire battre les Français pour la City" (l'Humanité du 1/07/40), d'être non seulement un belliciste qui veut "entraîner à nouveau les Français dans la guerre" mais aussi un traitre qui agit sur "ordre de l'Angleterre impérialiste" (l'Humanité du 4/07/40), d'être un "ennemi du peuple" et de "vouloir la victoire de l'impérialisme anglais parce que c'est son intérêt" (l'Humanité du 14/02/41), d'avoir pour projet non seulement de "détruire à jamais les libertés publiques" mais aussi de préserver "l'horrible régime du sabre et du coffre-fort" autrement dit le régime capitaliste (l'Humanité du 5/03/41), d'être à la tête d'un mouvement "foncièrement réactionnaire et antidémocratique" autrement dit fasciste et de vouloir en réalité "priver notre de pays de toute liberté au cas d'une victoire anglaise." (l'Humanité n° spécial du 18/03/41), d'être un "assassin de la liberté" (l'Humanité n° spécial du 1/05/41), de faire couler "le sang français" (l'Humanité du 13/06/41) et enfin d'être comparable au Maréchal Pétain qui "fait tuer des enfants de France pour l'Allemagne" en faisant "tuer d'autres Français pour l'Angleterre" (l'Humanité du 20/06/41).

La propagande communiste changera radicalement de ton après... le 22 juin 1941 et l'invasion de l'URSS par son ancien allié : l'Allemagne nazie.


Gouvernement Pétain

Le 16 juin 1940, réfugié dans la ville de Bordeaux depuis deux jours, le Gouvernement Reynaud démissionne à 22 heures au terme d'un Conseil des ministres au cours duquel se sont une nouvelle fois affrontés opposants et partisans de l'armistice.

A la tête de ceux qui veulent mettre fin au conflit avec l'Allemagne : le Maréchal Pétain, vice-président du Conseil et ministre d'Etat. Ce dernier est aussitôt chargé par le Président de la République de former un nouveau gouvernement. Dans ce Gouvernement de Paix, qui sera formée en moins d'une l'heure, entreront avec l'accord de Léon Blum deux socialistes qui étaient membres du cabinet démissionnaire : André Février et Albert Rivière.

Parmi ceux qui veulent continuer de se battre contre les Allemands : le Général de Gaulle, sous-secrétaire d'Etat à la Défense nationale et à la Guerre attaché à la présidence du Conseil. Après s'être illustré dans les combats contre la Wehrmacht à la tête de la 4e Division Cuirassée, ce dernier a rejoint le gouvernement le 5 juin 1940 pour servir de conseiller militaire au président du Conseil. N'ayant pas une fonction ministérielle, il n'assiste jamais au Conseil des ministres. En mission en Angleterre, il apprendra la démission du gouvernement à son retour à Bordeaux dans la soirée. Après la constitution dans la nuit d'un cabinet marquant la victoire du clan des défaitistes, il décide le lendemain matin de repartir pour Londres. Il s'embarquera dans l'avion ramenant en Angleterre l'envoyé spécial de Churchill, le Général Spears.

Le 17 juin, en début d'après-midi, le nouveau président du Conseil prononce à la radio une courte allocution dans laquelle il déclare qu'il faut mettre fin au conflit avec l'Allemagne ("il faut cesser le combat") avant d’annoncer qu'il est entré en contact avec le gouvernement allemand pour négocier un armistice.

Illustration de l'alliance germano-soviétique, quelques heures après cette annonce, Viatcheslav Molotov, président du Conseil et commissaire du peuple aux Affaires étrangères, convoque l'ambassadeur allemand à Moscou, Friedrich Werner von der Schulenburg, pour lui exprimer "les plus chaleureuses félicitations du Gouvernement soviétique pour le magnifique succès des forces armées allemandes". (Télégramme n° 1167 du 17 juin 1940)


Appel du 18 juin 1940

Le 17 juin 1940, quelques heures après son arrivée à Londres, le Général de Gaulle rencontre Winston Churchill.

Au cours de l'entretien, il manifeste son désir de s'adresser au peuple de France pour répondre au discours du Maréchal Pétain annonçant la demande d'armistice française. Pour soutenir cette initiative, le Premier ministre britannique décide de lui permettre de s'exprimer à la BBC le lendemain.

Dans la matinée du 18 juin, le Général de Gaulle rédige le texte de sa première intervention à la radio de Londres.

A 12 h 30, Le cabinet de guerre anglais se réunit. Il décide d'ajourner la prise de parole du Général de Gaulle. Motif : il veut préserver ses relations avec le gouvernement français. Londres croit qu'il est encore possible de convaincre les dirigeants français de rejoindre l'Afrique du Nord. A défaut, il souhaite peser sur les négociations franco-allemandes avec l'objectif de s'assurer que la France refusera de transférer sa flotte de guerre à l'Allemagne si les Allemands formulent cette demande.

Grâce à la mobilisation de Edward Spears auprès de Churchill, la décision est modifiée et le général de Gaulle est finalement autorisé à s'exprimer à la BBC. Toutefois, le texte prononcé sera une version modifiée du texte préparé le matin. Enregistré à 18 heures, annoncé au bulletin de 20 h, son appel est diffusé à 22 heures puis rediffusé le lendemain à midi. Cet enregistrement ne sera pas conservé.

Dans son message, le Général de Gaulle condamne la demande d'armistice avant d'appeler "les officiers et les soldats français" ainsi que "les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement" à le rejoindre pour continuer la lutte contre l'Allemagne.

Initiative d'un général inconnu, l'Appel du 18 juin 1940 marque le refus de tout armistice avec l'Allemagne nazie. Il est l'acte fondateur de la Résistance française : "Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas".


Trois appels du 18 juin 1940

Particularité de l'Appel du 18 juin 1940, il a été diffusé dans trois versions distinctes.

Points communs de ces trois versions : la condamnation de la demande d'armistice et l'appel à poursuivre la lutte. En revanche, conséquence de l'intervention anglaise, ils se distinguent sur la question de la légitimité du Gouvernement Pétain. 

La première version correspond au texte initial rédigé par le Général de Gaulle (Document 1). Sur la base d'un communiqué du ministère anglais de l'Information, elle a été publiée dans la presse anglo-saxonne du 19 juin 1940, soit intégralement (The Times en Angleterre) soit sous forme d'extraits (The New York Times aux Etats-Unis). C'est aussi la version reproduite dans les publications officielles de la France Libre comme le Bulletin officiel des forces françaises libres du 15 août 1940 ou dans les ouvrages publiés par le général de Gaulle comme les Discours aux Français diffusés en 1944. Au final c'est le texte qu'on associe à l'Appel du 18 juin 1940.

Une deuxième version de l'Appel du Général de Gaulle a été publiée le 19 juin 1940 intégralement (Le Petit Provençal) (Document 2) ou sous forme d'extraits (Le Progrès de Lyon) dans plusieurs journaux français de la zone sud sur la base d'un communiqué de la BBC.

Les principales modifications portent sur deux phrases : 

- texte initial :

1) "Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat."
2) "Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui".

- texte modifié :

1) "Le gouvernement français a demandé à l'ennemi à quelles conditions pourraient cesser le combat. Il a déclaré que si ces conditions étaient contraires à l'honneur, à la dignité, à l'indépendance de la France, la lutte devrait continuer."
2) "Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs".

Dans le premier texte le Général de Gaulle fait le constat que le Gouvernement Pétain s'est adressé à l'ennemi "pour cesser le combat". En renonçant à se battre ce gouvernement a de fait perdu toute légitimité. Il souligne aussi non sans ironie que ce gouvernement défaitiste est composé de chefs militaires qui ne veulent plus se battre. Outre le Maréchal Pétain (présidence du Conseil) sont membres de ce cabinet : les généraux Weygand (Défense nationale), Colson (Guerre) et Pujo (Air) ainsi que l'amiral Darlan (Marine).

Dans le second, il indique que le "gouvernement français" s'est engagé à ne pas signer un armistice déshonorant. Cette affirmation introduit la possibilité que la France puisse rester dans le conflit. La légitimité du Gouvernement Pétain sera donc déterminé par la signature ou non de l'armistice. Le Général de Gaulle a accepté de modifier son texte initial à la suite d'une demande du cabinet anglais qui voulait préserver ses relations avec le gouvernement français.

Enfin on mentionnera un document établissant une troisième version de l'Appel du 18 juin 1940. Dans son Bulletin du 19 juin 1940, le Service écoute de la Division Presse et Radio de l'Etat-major suisse fait un compte rendu en allemand de l'Appel du Général de Gaulle prononcé la veille.

En supposant que le compte rendu retranscrive l'intégralité de son intervention, cette troisième version correspondrait au discours qu'il a effectivement prononcé à la BBC le 18 juin 1940 :

Le gouvernement français a demandé à l’ennemi à quelles conditions honorables pourrait cesser le combat. Il a déclaré en outre que la lutte devrait continuer si ces conditions étaient contraires à l’honneur, à la dignité, à l’indépendance de la France.
Nous avons été surpris et submergés par la force mécanique, la tactique de l'ennemi. Mais il y a, malgré tout, des raisons d’espérer.
Croyez-moi, rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent nous apporter la victoire.
La France n'est pas seule ! La France n'est pas seule ! La France n'est pas seule ! Elle peut faire bloc avec la Grande-Bretagne et disposer d’immenses réserves.
La guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Toutes les fautes qui ont été commises n’empêcheront pas qu’un jour l’ennemi sera écrasé. Cela pourra se faire grâce à une force mécanique supérieure encore.
Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent actuellement en Grande-Bretagne ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Ceci vaut également pour les ingénieurs et les ouvriers spécialistes qui se trouvent déjà en Grande-Bretagne ou qui viendraient à s'y trouver.
Quoi qu’il arrive, la force intérieure de la résistance des Français ne doit pas faiblir. Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres.

Revue historique et archéologique du Maine, n° 10, 1990. 

On rappellera que ce texte est le résultat d'une double traduction : du français à l'allemand puis de l'allemand au français. Ainsi la phrase "la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas" devient après cette double traduction "la force intérieure de la résistance des Français ne doit pas faiblir" dont le sens est assez mystérieux.

Sur le fond, on peut constater que le texte prononcé est une version réduite du texte modifié. On notera aussi l'ajout du mot "honorable" dans la phrase suivante : "Le gouvernement français a demandé à l'ennemi à quelles conditions honorables pourraient cesser le combat".


Deux textes associés à tort
à l'Appel du 18 juin 1940

On mentionnera deux documents qui sont à tort et pour des raisons différentes présentés comme des versions de l'Appel du 18 juin 1940 :

1) Ebauche de l'Appel du 18 juin

Ebauche de l'Appel du 18 juin 1940

Londres, le 17 juin au soir

La défaite française a été causée par la force mécanique, aérienne et terrestre des Allemands.
L’action foudroyante de la force mécanique a fait effondrer le moral du commandement et du gouvernement. A la suite de cet effondrement, deux voies étaient ouvertes :
Ou bien la voie de l’abandon et du désespoir. Cette voie menait à la capitulation. C’est celle qu’a choisie le gouvernement Pétain.
Ou bien celle de l’honneur et de l’espérance. C’est celle qu’ont choisie mes compagnons et moi.
Nous croyons que l’honneur commande aux Français de continuer la guerre aux côtés de leurs alliés et nous sommes résolus à le faire.
Nous espérons qu’un jour une force mécanique, aérienne et terrestre supérieure nous rendra la victoire et nous permettra de délivrer la patrie.

Charles de Gaulle 
Lettres notes et carnet 
Mai 1969 - Novembre 1970 / Compléments 1908-1968, 1988

Consacrée aux écrits du Général de Gaulle, la collection Lettres notes et carnet est composée de plusieurs tomes. Le volume publié en 1988 reproduit sous le titre "Ebauche de l'Appel du 18 juin 1940" un écrit du Général de Gaulle daté du "17 juin au soir". Ainsi, le Général de Gaulle aurait rédigé dès le 17 juin 1940 un texte appelant à la Résistance. Ce document serait donc l'ébauche de l'Appel du 18 juin 1940 même si les deux textes sont très différents par leur contenu et leur longueur.

Plusieurs éléments permettent de contester cette hypothèse. D'abord, le manuscrit original ne mentionne aucune date. Ensuite, ce texte court ne fait aucune référence à la demande d'armistice (acte qui a motivé la prise de parole du Général de Gaulle) et ne contient aucun appel à rejoindre l'Angleterre (objet de son intervention). Autre élément, l'argument central du texte à savoir l'alternative entre "la voie de l’abandon et du désespoir" et celle "de l’honneur et de l’espérance" est une composante de son appel du 2 juillet 1940. Enfin, la découverte d'un document cinématographique dans lequel le Général de Gaulle prononce vers le 2 juillet 1940 une Déclaration dont le contenu correspond à ce texte permet d'écarter définitivement l'hypothèse d'une ébauche rédigée le 17 juin.

Certains auteurs se sont saisis de l'ébauche du 17 juin pour dévaloriser l'appel du 18 juin en arguant que les éléments marquants du premier ("capitulation", la voie "de l'abandon et du désespoir", celle "de l’honneur et de l’espérance") étaient absents du second.

On ne répétera pas les arguments qu'on a déjà exposés. Toutefois, on pourra rappeler quelques faits historiques aux résistants de la dernière heure qui manifestent souvent leur déception quant au contenu de l'appel de 18 juin 1940.

Aux élections législatives de 1936, le PCF, la SFIO et le Parti républicain, radical et radical-socialiste (PRRRS) ont formé une alliance : le Front Populaire. La victoire de cette alliance a permis la constitution d'un Gouvernement Blum auquel a participé l'Union Socialiste et Républicaine... de Marcel Déat.

Dans le Gouvernement de Paix formé par le Maréchal Pétain le 16 juin 1940 étaient présents deux radicaux-socialistes avec notamment Camille Chautemps à la vice-présidence, deux socialistes qui avaient obtenu l'accord de Léon Blum et deux représentants de l'USR.

La demande d'armistice qu'il a adressée au gouvernement allemand a été approuvée par les communistes dans l'Humanité du 19 juin 1940. Préparé dans le cadre des négociations qui ont débuté la veille entre le PCF et les autorités allemandes, ce numéro a été soumis aux Allemands comme un numéro modèle de l'Humanité légale. C'est pour cette raison qu'il reproduit le communiqué de la Wehrmacht publié la veille dans la presse autorisée.

L'armistice franco-allemand a été signé le 22 juin 1940. Les socialistes, les radicaux-socialistes et l'USR l'ont formellement approuvé en votant le 10 juillet 1940 les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Quant aux communistes, l'Humanité du 24 juin 1940 publiait en première page un article intitulé... "Construire la paix" dans lequel il était affirmé que seul le Parti communiste était légitime pour négocier la paix avec Hitler au motif qu'il était le seul parti à s'être opposé à la guerre. En juillet et en août, autre fait marquant de la résistance communiste, l'Humanité a appelé les Parisiens à fraterniser avec les soldats allemands en expliquant que les uniformes vert-de-gris qui défilaient dans les rues de Paris n'étaient pas des envahisseurs mais des prolétaires avec lesquels il fallait s'unir pour combattre l'ennemi commun : le capitalisme. Autre argument surréaliste avancé pour justifier ces appels : le peuple allemand était une victime de l'impérialisme français.

Voilà ce qu'il faut rappeler aux résistants de la dernière heure qui sont déçus que le Général de Gaulle n'ait pas annoncé dès le 18 juin 1940 la date de la victoire contre l'Allemagne.

2) L'Affiche "A tous les français".

Le 1er tirage de l'Affiche "A tous les Français" a été placardé sur les murs de Londres les 3 et 4 août 1940. Rédigée en français et en anglais, cette affiche est un appel à la Résistance qui s'adresse aux Français présents en Angleterre.

En 1944, cette affiche est réimprimée pour être diffusée en France :

Au nombre des modifications figure l'ajout de la mention "18 juin 1940". Cette mention erronée sera une source de confusion entre le texte de cette affiche et celui de l'Appel du 18 juin 1940.


Appel du 19 juin 1940

A la fin de son message du 18 juin 1940, le Général de Gaulle déclare : "Demain, comme aujourd’hui, je parlerai à la radio de Londres."

Il ne pourra pas tenir cette promesse. En effet, le lendemain, toujours dans le but de préserver ses relations avec le Gouvernement Pétain, le cabinet anglais lui interdira de s'exprimer à la BBC.

Le Général de Gaulle sera de retour au micro le 22 juin 1940, jour de la signature de l'armistice franco-allemand.

Dans son livre Discours au Français publié en 1944 on peut lire à la date du 19 juin 1940 un texte précédé de la mention "prononcé à la radio de Londres".

En réalité l'appel reproduit n'a pas été prononcé. En outre, par son contenu il se rapproche de l'appel du 28 juin 1940.

Le texte authentique de l'Appel du 19 juin 1940 a cependant été retrouvé dans les archives anglaises apportant ainsi la preuve formelle que le Général de Gaulle avait effectivement préparé une intervention à la BBC. Dans cet appel à la Résistance, le Général de Gaulle indiquait que le Gouvernement Pétain restait légitime tant qu'il continuait la lutte : "Aussi longtemps que le gouvernement français combattra, soit dans la Métropole, soit dans l'empire, le devoir national consiste à se battre avec lui". Tout comme dans l'appel prononcé le 18 juin, la condamnation du Gouvernement Pétain serait donc déterminé par la signature ou non de l'armistice.


"le 21 juillet, le combat a repris 
entre les forces françaises et l'ennemi".

On décrira ci-après le contenu des interventions du Général de Gaulle à la Radio de Londres entre le 22 juin et le 23 juillet 1940.

Le 22 juin, le Général de Gaulle condamne l'armistice sur le point d'être signé en affirmant que "cet armistice serait, non seulement une capitulation, mais encore un asservissement" avant de déclarer que "l'honneur, le bon sens, l'intérêt supérieur de la Patrie, commandent à tous les Français libres de continuer le combat, là où ils seront et comme ils pourront".

Le 23 juin, après avoir fait le constat que le Gouvernement Pétain a perdu toute légitimité en signant la veille un armistice avec l'Allemagne, il annonce la création d'un "Comité national français" ayant pour finalité de se substituer aux autorités françaises sur le territoire britannique. Le refus des personnalités françaises sollicitées pour intégrer ce Comité aura raison de cette initiative.

Le 24 juin, il appelle les Français à "rejoindre ceux qui veulent combattre encore" en avançant cet argument : "Il faut qu'il y ait un idéal. Il faut qu'il y ait une espérance. Il faut que, quelque part, brille et brûle la flamme de la résistance française."

Le 26 juin, il s'adresse directement au Maréchal Pétain pour répondre à son discours de la veille justifiant la signature de l'armistice franco-allemand du 22 juin 1940 entré en vigueur le 25 à 1 h 35 : "Monsieur le Maréchal, dans ces heures de honte et de colère pour la Patrie, il faut qu’une voix vous réponde. Ce soir, cette voix sera la mienne". 

Le 28 juin, après avoir annoncé que le gouvernement britannique a pris la décision de le reconnaître comme "le Chef des Français Libres", il appelle les Français à s'engager dans les Forces Françaises Libres : "J'appelle tous les militaires français de terre, de mer et de l'air, à venir s'y joindre. J'invite à s'y enrôler tous les jeunes gens et tous les hommes en âge de porter les armes".

Le 2 juillet, il déclare qu'en prenant les armes ses compagnons et lui ont choisi la voie "de l'honneur et de l'espérance" et qu'ils ont donc refusé "la voie de l'abandon et du désespoir" que proposaient les défaitistes.

Le 8 juillet, il prend la parole pour évoquer la tragédie de Mers el-Kébir.

Le 13 juillet, veille de la Fête Nationale, il prononce un discours dans lequel il dénonce le défaitisme du Maréchal Pétain : "Et c'est encore de la sénilité ou bien de la trahison que de prétendre que la guerre est une entreprise désespérée", expose la raison de son engagement : "Eh bien ! puisque ceux qui avaient le devoir de manier l'épée de la France l'ont laissé tomber, brisée, moi, j'ai ramassé le tronçon du glaive, fixe l'objectif de son mouvement : "il s'agit de faire tout le possible, activement ou passivement, pour que l'ennemi soit battu ", exhorte les Français à le rejoindre : "Français ! Sachez-le, vous avez encore une armée de combat" et enfin indique ce que doit signifier le 14 juillet 1940 : "Si donc le 14 juillet 1940 est un jour de deuil pour la Patrie, ce doit être, en même temps, une journée de sourde espérance. Oui, la victoire sera remportée. Et elle le sera, j'en réponds, avec le concours des armes de la France.

Enfin le 23 juillet, il annonce que "le 21 juillet le combat a repris entre les forces françaises et l'ennemi" avec la participation d'aviateurs de la France libre aux raids de la Royal Air Force au-dessus de l'Allemagne avant de lancer cet appel : "A moi les vrais Français de France !".


Pétain contre de Gaulle

Incarnation de la France qui refuse la défaite et qui veut continuer de se battre contre contre l'Allemagne, le mouvement gaulliste sera immédiatement combattu par le Gouvernement Pétain puis le Régime de Vichy qui prendront contre le Général de Gaulle les mesures suivantes :

1) Annulation de sa promotion au grade de général de brigade à titre temporaire (décision ministérielle du 22 juin 1940).

Au début de mai 1940, le colonel de Gaulle est nommé à la tête de la 4e Division cuirassée (4e DCr). Pour exercer ce commandement, il est promu au grade de général de brigade à titre temporaire.

Le Journal officiel du 26 mai 1940 officialise cette promotion :

"Par application du décret du 4 octobre 1939 relatif aux nominations et promotions à titre temporaire pendant la durée de la guerre, ont été promus, pour prendre rang du 1er juin 1940 :

Au grade de général de brigade à titre temporaire. [...]
M. le colonel d'infanterie breveté d'état-major de Gaulle (Charles-André-Joseph-Marie)."

Le 22 juin 1940, jour de la signature de l'armistice franco-allemand, le Général Colson, ministre de la Guerre dans le Gouvernement Pétain, annule la promotion du Général de Gaulle. Il justifie sa décision en arguant d'une part que cet officier supérieur français a rejoint Londres le 17 juin 1940 sans son autorisation et d'autre part que son Appel du 18 juin 1940 est un "acte politique" de" nature à jeter le trouble dans l'armée et à gêner l'action du gouvernement français".

Le Journal officiel du 24 juin 1940 enregistre cette décision ministérielle :

"Par décision ministérielle du 22 juin 1910, la promotion au grade de général de brigade à titre temporaire de M. le colonel d'infanlerie breveté de Gaulle (Charles-André-Joseph- Marie) est annulée."

En rétrogradant le général de Gaulle au rang de colonel, le Gouvernement Pétain entend discréditer son action dans la population française en le présentant comme un officier félon et en lui retirant un grade qui donnait de la valeur à son appel du 18 juin puisqu'il avait été lancé par un homme inconnu des Français.

-------------------------------

2) Mise à la retraite d'office du colonel de Gaulle par mesure disciplinaire (décret du Président de la République du 23 juin 1940).

Cette seconde sanction marque la fin de la carrière militaire du Général de Gaulle... du moins officiellement.

Elle est annoncée au Journal officiel du 24 juin 1940 :

"Par décret en date du 23 juin 1940. M. le colonel d'infanterie breveté d'état-major de Gaulle (Charles-André-Joseph-Marie) est admis d'office à la retraite, par mesure de discipline."

-------------------------------

3) Condamnation par contumace à 4 ans d'emprisonnement et 100 francs d'amende pour refus d'obéissance en présence de l'ennemi et provocation de militaires à la désobéissance (jugement du 4 juillet 1940 prononcé par le Tribunal militaire de la 17e Région siégeant à Toulouse).

Le Général de Gaulle est condamné pour deux motifs : son refus d'exécuter l'ordre du Général Weygand du 19 juin 1940 lui demandant de rentrer en France et ses Appels lancés à la BBC les 18 et 22 juin 1940.

On notera l'ironie d'être condamné "pour refus d'obéissance en présence de l'ennemi" quand on s'engage à poursuivre le combat contre celui-ci.

-------------------------------

4) Condamnation par contumace à la peine de mort, à la dégradation militaire et à la confiscation de ses biens pour trahison, atteinte à la sûreté extérieure de l'Etat et désertion à l'étranger en temps de guerre (jugement du 2 août 1940  prononcé par le Tribunal militaire de la 13e Région siégeant à Clemont-Ferrand).

Cette condamnation à la peine de mort marque le terme de la seconde procédure ouverte par la justice militaire contre le Général de Gaulle sur les instructions du Général Colson qui a conservé le ministère de la Guerre dans le premier Gouvernement de Vichy formé le 12 juillet 1940.

Le Général de Gaulle est condamné pour désertion en temps de guerre en raison de son départ pour l'Angleterre le 17 juin 1940.

Sa condamnation pour trahison est fondée sur les alinéas 4 et 5 de l'article 75 du code pénal :

"Sera coupable de trahison et puni de mort : [...]
 Tout Français qui, en temps de guerre, provoquera des militaires ou des marins à passer au service d'une puissance étrangère, leur en facilitera les moyens [...]
5° Tout Français, qui en temps de guerre, entretiendra des intelligences avec une puissance étrangère ou avec ses agents, en vue de favoriser les entreprises de cette puissance contre la France."

Le tribunal militaire a jugé d'une part que ses Appels exhortaient les Français à rejoindre une force militaire qu'il avait constituée au profit de l'Angleterre et d'autre part qu'ils favorisaient les agissements du gouvernement anglais contre la France.

Enfin la condamnation du Général de Gaulle pour atteinte à la sûreté extérieure de l'Etat s'appuie sur l'article 79 alinéa 2 du code pénal aux termes duquel sera puni de ce crime toute personne "Qui aura, par des actes non approuvés par le Gouvernement, exposé des Français à subir des représailles".

Le conseil de guerre a estimé que ses discours à la Radio de Londres pouvaient laisser croire à l'Allemagne que les clauses de l’armistice ne seraient pas appliquées par le gouvernement français et que de ce fait ils exposaient les Français à des représailles allemandes.

-------------------------------

5) Déchéance de la nationalité française (décret du 8 décembre 1940).

Le 8 décembre 1940, le Maréchal Pétain signe un décret aux termes duquel le Général de Gaulle est déchu de la nationalité française à compter de la date du 2 août 1940, jour de sa condamnation à mort.

-------------------------------

A toutes ces mesures prises contre la personne du Général de Gaulle est venu s'ajouter la création le 24 septembre 1940 d'une Cour martiale chargée de juger la dissidence gaulliste. Cette juridiction d'exception a été la seconde créée par le Régime de vichy après la Cour suprême de justice de juillet 1940.


PCF contre de Gaulle

Partisan, comme le Maréchal Pétain, de la Paix avec Hitler, le Parti communiste condamnera avec virulence le Général de Gaulle et son projet de libérer la France par les armes.

Ainsi son organe central, l'Humanité, l'accusera d'être un "agent de la finance anglaise" qui par vénalité veut "faire battre les Français pour la City" (l'Humanité du 1/07/40), d'être non seulement un belliciste qui veut "entraîner à nouveau les Français dans la guerre" mais aussi un traitre qui agit sur "ordre de l'Angleterre impérialiste" (l'Humanité du 4/07/40), d'être un "ennemi du peuple" et de "vouloir la victoire de l'impérialisme anglais parce que c'est son intérêt" (l'Humanité du 14/02/41), d'avoir pour projet non seulement de "détruire à jamais les libertés publiques" mais aussi de préserver "l'horrible régime du sabre et du coffre-fort" autrement dit le régime capitaliste (l'Humanité du 5/03/41), d'être à la tête d'un mouvement "foncièrement réactionnaire et antidémocratique" autrement dit fasciste et de vouloir en réalité "priver notre de pays de toute liberté au cas d'une victoire anglaise." (l'Humanité n° spécial du 18/03/41), d'être un "assassin de la liberté" (l'Humanité n° spécial du 1/05/41), de faire couler "le sang français" (l'Humanité du 13/06/41) et enfin d'être comparable au Maréchal Pétain qui "fait tuer des enfants de France pour l'Allemagne" en faisant "tuer d'autres français pour l'Angleterre" (l'Humanité du 20/06/41).

La propagande communiste changera radicalement de ton après... le 22 juin 1941 et l'invasion de l'URSS par son ancien allié : l'Allemagne nazie.

Le 22 juin 1941, l'Allemagne est en mesure d'envahir l'Union soviétique en raison de leur frontière commune issue de leur partage de la Pologne en septembre 1939. Cette attaque marque la fin de l'alliance germano-soviétique dont le fondement était le Pacte de non-agression du 23 août 1939 et le Traité de frontières et d'amitié du 28 septembre 1939.

Pour sa défense l'URSS peut compter sur le soutien de l'Internationale communiste qui mobilise immédiatement ses membres.

La Section Française de l'Internationale Communiste (SFIC) autrement dit le Parti Communiste Français (PCF) reçoit ses Instructions dans un télégramme du 25 juin 1941 co-signé par son secrétaire général, Maurice Thorez, qui s'est réfugié en Russie après sa désertion en octobre 1939 :

"Le moment est venu rechercher et organiser contacts directs avec mouvement gaulliste, dont partisans comprennent que lutte héroïque peuple soviétique contre agression hitlérienne répond intérêts peuple français et que libération France est liée à victoire Union soviétique. Collaboration doit s'établir sur la base suivante. Lutte commune pour libération nationale. Efforts communs contre ennemi commun, le fascisme allemand". (1)

Dans ce télégramme, Moscou recommande aux communistes français de "rechercher et organiser contacts directs avec mouvement gaulliste" pour combattre ensemble un "ennemi commun : le fascisme allemand".

C'est sur la base de ces instructions que le Parti communiste s'engagera dans la lutte contre l'occupant allemand.

(1) B. Bayerlein, M. Narinski, B. Studer, S. Wolikow, Moscou, Paris, Berlin. Télégrammes chiffrés du Komintern, 1939-1941, 2003, pp. 441-442.


Document 1 :

Appel du 18 juin 1940
(texte original publié dans la presse anglo-saxonne du 19 juin 1940,
dans les publications de la France Libre
et dans les ouvrages du Général de Gaulle)

DISCOURS
PRONONCE A LA RADIO DE LONDRES
le 18 juin 1940

Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement.
Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.
Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.
Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.
Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !
Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.
Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.
Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.
Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.
Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.
Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres.

Charles de Gaulle, 
Discours aux Français,
Tome 1 1940-1941, 1944, pp. 9-10.


Document 2 :

Appel du 18 juin 1940
(texte modifié publié dans la presse française du 19 juin 1940)

Le gouvernement français a demandé à l’ennemi à quelles conditions pourrait cesser le combat. Il a déclaré que si ces conditions étaient contraires à l’honneur, à la dignité, à l’indépendance de la France, la lutte devrait continuer.
Certes, nous avons été nettement submergés par les forces mécaniques terrestres et aériennes de l’ennemi.
Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs, mais le dernier mot est-il dit ?
L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non.
L’homme qui vous parle le fait en toute connaissance de cause. Croyez-le quand je vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les moyens qui nous ont vaincus peuvent nous donner un jour la victoire car la France n’est pas seule. Elle a derrière elle l’Empire britannique qui tient encore et qui continue la lutte. Elle peut, comme l’Angleterre, utiliser sans limite l’immense industrie des États-Unis. Cette guerre n’est pas limitée aux territoires malheureux de notre pays. Cette guerre n’est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale.
Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances n’empêchent pas qu’il y a dans l’univers tous les moyens pour écraser un jour nos ennemis.
Foudroyés aujourd’hui par des forces mécaniques, nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.
Moi, général de Gaule, actuellement à Londres, J’INVITE LES OFFICIERS ET LES SOLDATS FRANÇAIS QUI SE TROUVENT EN TERRITOIRE BRITANNIQUE ou qui viendraient à s’y trouver avec leurs armes ou sans armes, j’invite les ingénieurs et les ouvriers spécialisés français des industries d’armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver, à se mettre en rapport avec moi.
Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas.
Demain comme aujourd’hui, je parlerai à la radio de Londres.



Document 3 :

Appel du 18 juin 1940
(traduction d'un compte-rendu
du Service écoute de la Division Presse et Radio de l'Etat-major suisse
contenant une transcription en allemand du texte prononcé à la BBC)

Le gouvernement français a demandé à l’ennemi à quelles conditions honorables pourrait cesser le combat. Il a déclaré en outre que la lutte devrait continuer si ces conditions étaient contraires à l’honneur, à la dignité, à l’indépendance de la France.
Nous avons été surpris et submergés par la force mécanique, la tactique de l'ennemi. Mais il y a, malgré tout, des raisons d’espérer.
Croyez-moi, rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent nous apporter la victoire.
La France n'est pas seule ! La France n'est pas seule ! La France n'est pas seule ! Elle peut faire bloc avec la Grande-Bretagne et disposer d’immenses réserves.
La guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Toutes les fautes qui ont été commises n’empêcheront pas qu’un jour l’ennemi sera écrasé. Cela pourra se faire grâce à une force mécanique supérieure encore.
Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent actuellement en Grande-Bretagne ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Ceci vaut également pour les ingénieurs et les ouvriers spécialistes qui se trouvent déjà en Grande-Bretagne ou qui viendraient à s'y trouver.
Quoi qu’il arrive, la force intérieure de la résistance des Français ne doit pas faiblir.
Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres.

Revue historique et archéologique du Maine, n° 10, 1990. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire