Saluts fraternels du PCF adressés aux Partis communistes finlandais et soviétique en décembre 1939

En décembre 1939, le Parti communiste français célèbre avec enthousiasme l'invasion de la Finlande par les armées soviétiques le 30 novembre 1939 en diffusant deux textes dans lesquels il adresse son fraternel salut au Parti communiste de Finlande et au Parti communiste de l'URSS.


Le 30 novembre 1939, sans déclaration de guerre, l'Union soviétique envahit la Finlande en invoquant un incident de frontière... qu'elle a elle-même organisé. Cette agression, qui fait suite au refus du gouvernement finlandais de satisfaire les revendications territoriales de l'URSS, se fait avec l'accord tacite de l'Allemagne puisqu'aux termes du Pacte germano-soviétique et de son protocole additionnel secret la Finlande appartient à la sphère d'influence soviétique.

Le jour même de cette invasion, le Parti communiste finlandais diffuse un Appel dans lequel il attribue la responsabilité de la guerre... au gouvernement d'Helsinki et appelle en conséquence le peuple de Finlande à le renverser :

"Les gouvernants actuels de la Finlande, les biens connus Kajander, Erkko, Tanner, Mannerheim et autres ont fait aboutir notre pays à la guerre criminelle contre l'Union Soviétique. [...]
Un pareil gouvernement ne peut pas protéger les intérêts nationaux de la Finlande. Ce n'est pas un gouvernement national mais un instrument du capital étranger, un gouvernement de capitalistes et de propriétaires fonciers, un pareil gouvernement ne peut défendre la cause de la paix, car c'est un gouvernement de fauteurs de guerre. Il faut chasser un pareil gouvernement ! En débarrasser le peuple !"

Le lendemain, la Finlande connait deux changements de gouvernement avec à chaque fois la volonté de s'engager dans des négociations de Paix avec l'URSS : le Gouvernement du socialiste Väinö Tanner succède pendant quelques heures à celui de Kajander avant d'être remplacé par un gouvernement d'union nationale avec à sa tête : Risto Ryti.

Au même moment l'URSS établit un nouveau gouvernement finlandais dans la ville frontalière de Terijoki : le gouvernement populaire de la République démocratique de Finlande.

Ce gouvernement fantoche dont la souveraineté se résume aux territoires contrôlés par l'URSS est confié à Otto Kuusinen, chef du Parti communiste finlandais qui était réfugié à Moscou où il occupait la fonction de secrétaire de l'Internationale communiste.

La formation de ce gouvernement populaire est mentionnée dans les journaux de Moscou du 2 décembre 1939 qui publient une information de Léningrad datée du 1er décembre 1939 :

"Aujourd'hui, dans la ville de Térioki (Terijoki), conformément à un accord survenu entre divers partis de gauche et des soldats finlandais insurgés, fut formé un nouveau gouvernement finlandais — le Gouvernement populaire de la république démocratique de Finlande. Font parti du gouvernement populaire les personnalités suivantes : Otto Kuussinen, président et ministre des Affaires étrangères; Maouri Rosenberg, ministre des Finances; Axel Anttila, ministre de la Défense; Tuuré Lekhen, ministre des Affaires intérieures; Armas Eïkia, ministre de l'Agriculture; Inkeri Lekhtinen, ministre de l'Instruction publique; Paavo Prokkonen, ministre pour les Affaires de Carélie." (1)

Le gouvernement populaire finlandais fait le jour même de sa constitution une Déclaration dans laquelle il appelle le peuple finlandais à renverser le gouvernement d'Helsinki et justifie l'intervention soviétique en dénonçant le comportement belliciste de la Finlande :

"Par la volonté du peuple indigne de la politique criminelle du Gouvernement méprisable Kajander-Erkko-Tanner, il s'est formé aujourd'hui dans la Finlande orientale un nouveau gouvernement de notre pays, Le Gouvernement Populaire provisoire qui convie par la présente déclaration le peuple Finlandais tout entier à la lutte décisive pour le renversement de la tyrannie des bourreaux et provocateurs de la guerre. [...]
Le Gouvernement Populaire de Finlande, profondément convaincus que l'Union soviétique ne poursuit aucun but dirigé contre l'indépendance de notre pays, approuve pleinement et soutient les opérations de l'armée rouge sur le territoire Finlandais. Il y voit un secours inappréciable au peuple finlandais de la part de l'Union soviétique afin de liquider le plus rapidement possible par des efforts communs le très dangereux foyer de guerre créé en Finlande par le criminel gouvernement des provocateurs de guerre."

Sur le plan international, le gouvernement Kuusinen sollicite sans délai l'Union soviétique en vue d'établir des relations diplomatiques.

Tous ces événements suscitent dans la journée plusieurs réactions officielles de l'URSS : le présidium du soviet suprême de l'URSS annonce qu'il reconnait le gouvernement populaire finlandais et que l'URSS souhaite établir des relations diplomatiques avec la République démocratique de Finlande. Quant à Molotov, chef du gouvernement soviétique, il indique dans la soirée qu'il refuse de négocier avec le nouveau gouvernement d'Helsinki et qu'il compte conclure un accord satisfaisant avec le gouvernement populaire qui vient d'être constitué à Terijoki.

Le 2 décembre, la République démocratique de Finlande signe avec l'URSS un Pacte d'assistance mutuelle et d'amitié qui satisfait les revendications territoriales soviétiques. 


A la suite de ces événements Parti communiste français diffuse deux textes, le premier saluant le Parti communiste finlandais, le second rendant hommage au Parti communiste de l'URSS, dans lesquels il se félicite de l'invasion de le Finlande par les armées soviétiques.

1) Adresse au "Parti communiste de Finlande"

LE PARTI COMMUNISTE FRANCAIS
AU PARTI COMMUNISTE FINLANDAIS

Le Parti Communiste Français adresse son fraternel salut au Parti Communiste Finlandais qui luttant courageusement contre une clique de provocateurs à la solde des impérialistes étrangers a nettement affirmé à la face du prolétariat mondial que l'indépendance de la Finlande ne peut être acquise que par l'amitié avec l'Union Soviétique.
Le Parti Communiste Français salue dans la constitution du gouvernement populaire de la République démocratique de Finlande une première victoire du peuple finlandais sur ses oppresseurs, qui voulaient faire de la Finlande une base d'opérations militaires contre l'Union Soviétique comme cela se produisit au moment où les impérialistes anglo-français débarquèrent des forces militaires a Mourmansk et a Arkhangelsk.
Les travailleurs français en lutte contre le gouvernement Daladier ont la conviction qu'avec le concours de son armée populaire en collaboration fraternelle avec la glorieuse armée rouge, le peuple finlandais recouvrera son indépendance, établira les bases d'une indissoluble amitié avec l'Union Soviétique et servira ainsi la cause de la paix et de la fraternité des peuples.
Vive le Parti Communiste de Finlande.
Vive le gouvernement populaire de la République démocratique de Finlande.
Vive l'amitié du peuple finlandais et des peuples de l'Union Soviétique.

On pourra retenir de ce texte les points suivants :

a) Le Parti communiste présente le gouvernement d'Helsinki, dont le crime est d'avoir refusé de céder aux exigence territoriales soviétiques, comme un gouvernement belliciste à la solde de l'Angleterre et de la France impérialistes  : "clique de provocateurs à la solde des impérialistes étrangers"!!!

b) Le Parti communiste célèbre la constitution du gouvernement fantoche de Kuusinen comme "une première victoire du peuple finlandais sur ses oppresseurs" en dénonçant encore une fois le gouvernement d'Helsinki comme un gouvernement belliciste "qui voulaient faire de la Finlande une base d'opérations militaires contre l'Union Soviétique".

c) Quant aux "travailleurs français en lutte contre le gouvernement Daladier", ce sont essentiellement les militants du PCF. En effet seul le Parti communiste appelle à renverser le gouvernement Daladier au motif qu'il refuse de faire la Paix avec l'Allemagne nazie.

2) Adresse au "Parti communiste de l'URSS".

LE PARTI COMMUNISTE FRANCAIS
AU PARTI COMMUNISTE DE L'U.R.S.S. (Bolch.)


Le Parti Communiste Français adresse son salut affectueux au glorieux Parti Communiste Bolchévik de l'U.R.S.S qui a assuré la victoire du socialisme sur un sixième du globe et montre a tous les exploités de l'univers la voie à suivre pour se libérer de l'esclavage capitaliste.
Grâce au parti de Lénine et Staline, grâce à l'Union Soviétique 13 millions d'êtres humains naguère opprimés en Biélorussie et en Ukraine Occidentale par les capitalistes polonais, ont été libérés et ont pris place au sein de la grande patrie socialiste.
Le peuple finlandais savait que son appel à l'Union Soviétique ne resterait sans réponse et aujourd'hui, tandis que la glorieuse armée rouge est venue à leur secours, les travailleurs finlandais ont conscience de lutter pour leur indépendance et pour faire échec aux plans antisoviétiques des fauteurs de guerre impérialistes et leurs valets socialistes.
Et aujourd'hui, répondant à l'appel du peuple finlandais et de son gouvernement populaire de la République démocratique de Finlande, l'Union Soviétique a donné son concours aux victimes des provocateurs finlandais à la solde des impérialistes étrangers.
A l'heure où l'Angleterre et la France mobilisent leurs forces en vue d'attaquer l'U.R.S.S. dans le Proche Orient, le peuple finlandais fait preuve de clairvoyance en luttant pour empêcher que la Finlande puisse servir de base d'opérations contre l'U.R.S.S. aux impérialistes anglo-français qui, il y a 20 ans, envoyèrent déjà des troupes combattre la Révolution prolétarienne à Mourmansk et à Anrkhangelsk.
C'est pourquoi le peuple français dont le Parti Communiste Français est sûr d'interpréter les sentiments est heureux de voir que grâce à l'aide fraternelle de l'Union Soviétique le peuple finlandais est en train d'empêcher les provocateurs à la guerre de leur pays de réussir dans leurs plans criminels contre le pays du socialisme.
Vive le peuple finlandais libre et indépendant.
Vive le glorieux parti bolchévik et son grand chef Staline.
Vive la glorieuse armée rouge libératrice des peuples.
Vive l''Union Soviétique, rempart de la paix et de la liberté des peuples.

Dans ce texte le Parti communiste réussit l'exploit de présenter la victime de l'agression, la Finlande, comme une puissance belliciste et l'agresseur, l'Union soviétique, comme une puissance libératrice :

a) la Finlande : puissance belliciste.

- "les travailleurs finlandais ont conscience de lutter pour leur indépendance et pour faire échec aux plans antisoviétiques des fauteurs de guerre impérialistes et leurs valets socialistes."

- "l'Union Soviétique a donné son concours aux victimes des provocateurs finlandais à la solde des impérialistes étrangers".

On rappellera que les "impérialistes étrangers" désignent la France et l'Angleterre.

- "le peuple finlandais fait preuve de clairvoyance en luttant pour empêcher que la Finlande puisse servir de base d'opérations contre l'U.R.S.S."

"le peuple finlandais est en train d'empêcher les provocateurs à la guerre de leur pays de réussir dans leurs plans criminels contre le pays du socialisme."

b) l'URSS : puissance libératrice.

- "Parti Communiste Bolchévik de l'U.R.S.S qui a assuré la victoire du socialisme sur un sixième du globe et montre a tous les exploités de l'univers la voie à suivre pour se libérer de l'esclavage capitaliste."

- "grâce à l'Union Soviétique 13 millions d'êtres humains naguère opprimés en Biélorussie et en Ukraine Occidentale par les capitalistes polonais, ont été libérés ".

Le Parti communiste célèbre l'Union soviétique pour avoir libéré les populations biélorusses et ukrainiennes opprimées par "les capitalistes polonais". En réalité, l'Union soviétique a annexé la partie orientale de la Pologne après avoir signé un Traité de frontières et d'amitié avec l'Allemagne nazie le 28 septembre 1939. On ajoutera que dans ces territoires le pouvoir soviétique a déporté près de 330 000 "capitalistes polonais" à la suite de quatre rafles qui ont été organisées entre février 1940 et juin 1941 : 110 000 (140 000 dont 80% de polonais) en février 1940, 60 000 en avril 1940, 80 000 en juin 1940 et enfin  86 000 en mai-juin 1941.

- "l'Union Soviétique a donné son concours aux victimes des provocateurs finlandais à la solde des impérialistes étrangers".

- "Vive la glorieuse armée rouge libératrice des peuples."


(1) Bulletin de la presse russe n° 291 du 28 décembre 1939.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire