Appel du Comité central du Parti communiste finlandais du 30 novembre 1939

Le 30 novembre 1939, sans déclaration de guerre, l'Union soviétique envahit la Finlande en invoquant un incident de frontière... qu'elle a elle-même organisé. Cette agression, qui fait suite au refus du gouvernement finlandais de satisfaire les revendications territoriales de l'URSS, se fait avec l'accord tacite de l'Allemagne puisqu'aux termes du Pacte germano-soviétique et de son protocole additionnel secret la Finlande appartient à la sphère d'influence soviétique.

Le jour même de cette invasion, le Parti communiste finlandais diffuse un Appel dans lequel il attribue la responsabilité de la guerre... au gouvernement d'Helsinki et appelle en conséquence le peuple de Finlande à le renverser :

"Les gouvernants actuels de la Finlande, les biens connus Kajander, Erkko, Tanner, Mannerheim et autres ont fait aboutir notre pays à la guerre criminelle contre l'Union Soviétique. [...]
Un pareil gouvernement ne peut pas protéger les intérêts nationaux de la Finlande. Ce n'est pas un gouvernement national mais un instrument du capital étranger, un gouvernement de capitalistes et de propriétaires fonciers, un pareil gouvernement ne peut défendre la cause de la paix, car c'est un gouvernement de fauteurs de guerre. Il faut chasser un pareil gouvernement ! En débarrasser le peuple !"

La Pravda du 1er décembre 1939 reproduit le contenu de cet "Appel du Comité central du parti communiste finlandais au peuple travailleur de la Finlande" en précisant qu'il s'agit de la traduction "captée" d'un texte radiodiffusé en finnois. On peut lire une partie de ce texte dans le Bulletin de la presse russe n° 291 du 28 décembre 1939.

Un large extrait de cet appel est aussi publié dans les Cahiers du Bolchévisme du 2ème semestre 1939 avec comme particularité d'être composé de deux textes distincts. Le premier est intitulé "Un Appel du Parti Communiste Finlandais", le second "Message du Comité Central du Parti communiste de Finlande".

On reproduira ci-après le texte de "l'Appel du Comité central du parti communiste finlandais au peuple travailleur de la Finlande" en s'appuyant sur ces deux publications.


Document 1 :

Appel du Comité central du parti communiste finlandais 
au peuple travailleur de la Finlande

Ouvriers, paysans, intellectuels ! 

Les gouvernants actuels de la Finlande, les biens connus Kajander, Erkko, Tanner, Mannerheim et autres ont fait aboutir notre pays à la guerre criminelle contre l'Union Soviétique. Ils provoquaient depuis longtemps cette guerre. Depuis si longtemps que la patience du gouvernement soviétique fut mise à bout. Ils déclinaient avec dédain toutes les propositions de l'Union Soviétique tendant a assurer de stables relations de bon voisinage et il ne resta plus d'autre possibilité à l'Union Soviétique d'assurer sa sécurité près de la frontière finlandaise que de supprimer par la force armée le foyer de guerre guerre, créé par la bourgeoisie finnoise.
Le pays des Soviets ne menaça et ne harcela jamais la Finlande. Bien ou contraire, aussitôt après la grande révolution d'octobre, le pouvoir soviétique accorda de son propre gré une entière indépendance de la Finlande, ce que nul outre pouvoir en Russie n'aurait jamais fait.
Mais ou lieu de raffermir l'indépendance de la Finlande au moyen de relations pacifiques avec le généreux peuple soviétique, la bourgeoisie finlandaise abusa systématiquement de la situation de la Finlande au détriment de la sécurité du grand pays voisin et par cela même celle de la Finlande elle-même.
Les manitous de la Finlande Blanche ont montré par toute leur politique qu'ils étaient prêts à vendre les intérêts de l'indépendance et de la sécurité de la Finlande aux puissances impérialistes étrangères, qu'ils étaient prêts à faire servir pour un bon prix leurs menées militaires anti-soviétiques.
Et si aujourd'hui les gouvernants Finnois affirment en hypocrites qu'ils sont, qu'ils ne voulurent jamais défendre que « l'Indépendance » et la « Neutralité » de la Finlande, il importe de répondre à ces menteurs : ce mensonge ne vous avancera pas à grand chose.
Il est pleinement démenti par des faits de notoriété publique, le premier fait fût la marche sur Olonetz entreprise au printemps de 1919 par les gardes blancs Finnois, de concert avec les impérialistes d'Angleterre et de France.
Le deuxième fait : la marche de la bande Finnoise de Gardes Blancs dans l'Ingermanland pour y organiser leur récolte en automne 1919, lors du début de l'offensive Youdenitch lorsque le bourreau des ouvriers finnois, Mannerheim, réclama publiquement l'envoi de l'armée finlandaise pour la « conquête de Pétrograd ».
Le troisième fait : la nouvelle compagne contre la Carélie entreprise en 1921-1922 sous le commandement d'officiers de l'armée finlandaise avec l'appui des impérialistes anglais.
Quatrième fait - caractéristique également pour la « Neutralité » du gouvernement de Finlande - la réorganisation des forces armées de Finlande en 1924-1925 fut effectuée par une délégation d'officiers mandée d'Angleterre sous la direction du général Kirke, celui-la même qui l'été dernier visita a nouveau la Finlande pour continuer les préparatifs de guerre dans l'isthme de Carélie.
Cinquième fait : les calomnies contre l'Union Soviétique qu'on ne cesse de déverser en Finlande et la propagande chauvine qui s'y poursuit pour la « Grande Finlande » avec un délire insensé de conquêtes « jusques et y compris l'Oural ».
Sixième fait : après les voyages de Mannerheim à Londres, le gouvernement de Finlande menaça - en dépit des protestations de l'Union Soviétique - d'entreprendre de concert avec la Suède la construction de fortifications dans les Iles Aaland pour que les impérialistes puissent les utiliser dans la guerre antisoviétique.
Septième fait : dans le même but furent construits en Finlande dix fois plus d'aérodromes qu'il n'en fallait pour l'aviation propre du pays. Furent construites des usines de guerre, de produits chimiques et les Iles du Golfe de Finlande furent préparées pour recevoir les escadres des ennemis de l'U.R.S.S.
Les manitous capitalistes de Finlande ont sur leur conscience toute une série de ces fourberies scélérates. (1)
Pendant plus de 21 ans, notre pays fut, comme la Pologne des seigneurs, un nid d'intrigues antisoviétiques, où des ministres, des officiers d'état-major, des banquiers suédois, des agents impérialistes des grandes puissances et toutes espèces d'aventuriers antisoviétiques tramèrent des complots contre l'U.R.S.S. (2)

Les masses populaires de Finlande qui chérissent l'indépendance de leur pays savent que l'unique voie garantissant et renforçant cette indépendance consiste dans la collaboration amicale avec la grande union soviétique. Pourquoi le gouvernement de Finlande n'a-t-il pas été d'accord avec le traité proposé par l'Union soviétique réglant par des moyens pacifiques la question de sécurité conforme aux intérêts des deux pays ?
Seulement parce qu'il ne voulait pas renoncer aux actes hostiles ayant comme but de porter préjudice à la sécurité de l'Union soviétique, actes accomplis sous la dictée des ennemis impérialistes de l'U.R.S.S. et de Finlande. Pourquoi le gouvernement finlandais n'a-t-il pas été d'accord sur l'lsthme de Carélie à éloigner sa frontière de Leningrad pour que cette ville comptant plusieurs millions d'habitants ne soit pas sous la menace de feu d'artillerie pouvant être exécuté du territoire finlandais ?
Seulement pour que Mannerheim et les autres agents impérialistes étrangers puissent continuer a projeter la « conquête de Leningrad ». Pourtant les gouvernements d'Estonie, de Lettonie et de Lituanie se sont entendus avec l'Union soviétique sur la question du renforcement commun de la sécurité et des peuples de ces pays n'ont pas perdu un point de leur indépendance.
Pourquoi le gouvernement de Finlande n'a-t-il pas été d'accord pour que des mesures moins importantes de réglementation des relations avec l'Union soviétique ? Seulement parce qu'ils sont les valets des banquiers avides de Finlande et des capitalistes de l'industrie d'exportation qui ont vendu pour un plat de lentilles l'indépendance de notre pays.
Un pareil gouvernement ne peut pas protéger les intérêts nationaux de la Finlande. Ce n'est pas un gouvernement national mais un instrument du capital étranger, un gouvernement de capitalistes et de propriétaires fonciers, un pareil gouvernement ne peut défendre la cause de la paix, car c'est un gouvernement de fauteurs de guerre. Il faut chasser un pareil gouvernement ! En débarrasser le peuple ! La Finlande fut jusqu'à ce jour la terre promise des fabricants, des directeurs, des banques, des bureaucrates industriels du bois, propriétaires fonciers, ceux qui travaillent vécurent toujours dans la gêne et le besoin, mais les buveurs de sang et tous les spéculateurs s'enrichirent.
Chaque fois que la classe ouvrière de notre pays obtenait par sa lutte à l'aide de ses organisations le plus petit allègement a sa misérable situation, les capitalistes étaient a l'affut du moment propice pour attaquer les ouvriers, leur enlever les petites améliorations obtenues et à remplir leurs poches par l'exploitation effrénée des travailleurs.
C'est ainsi qu'ils agirent en 1918. C'est ainsi qu'ils agirent en 1930. C'est ainsi qu'ils agissent aujourd'hui. Prenant comme prétexte la « défense du pays », la journée de travail est portée à 10 heures, les salaires sont diminués, les prix d'objets de première nécessité atteint un niveau exorbitant et les familles d'ouvriers et de petits propriétaires terriens mobilisés sont dans la misère. Il n' y rien à attendre de la Diète actuelle.
Elle donne au peuple des pierres au lieu du pain. Ces derniers temps, elle ne fait qu'édicter des lois extraordinaires pour étouffer les droits de tous les citoyens. La réaction sévit partout, pire que jamais. Les chefs traitres de la social-démocratie finlandaise ont perdu toute pudeur. Ils sont ouvertement alliés aux plus acharnés fauteurs de guerre et bouchers des Lappo. Les ministres et bonzes social-démocrates se démènent dans le rôle de menteurs professionnels et de chiens couchants de la réaction bourgeoise, servant la fameuse police secrète finlandaise. La Finlande Blanche est actuellement le pays le plus sombre de l'Europe. Un désastre indescriptible pèse sur les ouvriers et tous les nécessiteux de Finlande. Aujourd'hui la patience de notre peuple laborieux est a bout.
Nul gouvernement précédent ne dupa le peuple avec plus d'impudence que l'actuelle séquelle gouvernementale Kallio-Kajander-Erkko et Tanner. Que ce misérable gouvernement qui fit l'impossible pour pousser notre peuple à mort soit le dernier gouvernement des capitalistes et des agrariens finlandais. Le gouvernement lui-même sent combien il est haï et maudit au plus profond du peuple finlandais. Il a peur de la vérité comme de la peste. Il sait bien que si ou cours des dernières semaines, les masses populaires avaient joui de la liberté élémentaire de parole, des dizaines de milliers ouvriers, laboureurs et soldats mobilisés auraient déjà proclamé hautement cette même vérité que nous proclamons aujourd'hui ici. Ils auraient jeté cette vérité directement à la face de ces meneurs.
A bas la séquelle gouvernementale faillie ! A bas les bourreaux du peuple !!! (3) [...]

Le gouvernement de la bourgeoisie finlandaise est dans une impasse, le commandement de l'armée finlandaise n'a pas la moindre chance de succès. Des secours réels ne leur viendront de nulle part. Les impérialistes étrangers ont volontiers poussé les naïfs dirigeants de la Finlande à la guerre, mais la guerre commencée, il préféreront demeurer à l'écart.
L'Armée rouge est invincible et derrière elle se trouve la puissance formidable d'un peuple de 183.000.000 d'hommes. Il serait risible de penser que les petits généraux finlandais puissent lui résister. L'Armée rouge est mieux instruite et mieux équipée que nulle autre au monde. Sa force principale vient de ce qu'elle est l'armée des hommes libérés de toute exploitation, l'armée des ouvriers et des paysans.
L'Armée rouge est aussi homogène que le granit. Sa discipline est inébranlable, parce qu'elle se fonde sur la conscience et l'héroïsme des combattants et non sur une contrainte mécanique. [...]

Vive la république démocratique indépendante de Finlande !


(1) Fin du texte" Message du Comité Central du Parti communiste de Finlande".
(2) Ce paragraphe n'est pas mentionné dans les deux textes publiés dans les Cahiers du Bolchévisme.
(3) Fin du texte "Appel du Comité central du parti communiste finlandais au peuple travailleur de la Finland".

Sources :
- Bulletin de la presse russe n° 291 du 28 décembre 1939 qui reproduit un extrait de l'Appel du Parti communiste finlandais publié dans la Pravda du 1er décembre 1939.
- les Cahiers du Bolchévisme du 2ème semestre 1939 qui reproduisent un large extrait de cet Appel avec comme particularité d'être composé de deux deux textes distincts. Le premier est intitulé "Un Appel du Parti Communiste Finlandais", le second "Message du Comité Central du Parti communiste de Finlande".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire