"Un Jeune Communiste, héros de la Jeunesse Française, Jean Rieu est condamné à 20 ans de bagne pour sa lutte en faveur de la Paix." (Déclaration des Jeunesses Communistes d'avril 1941)

Pour illustrer le pacifisme du Parti communiste pendant l'occupation allemande, on évoquera le cas d'un militant des Jeunesses communistes : Jean Rieu.

Jeune ouvrier métallurgiste, Jean Rieu était secrétaire de la région bordelaise des Jeunesses communistes et membre de son Conseil National.

Il a été arrêté en mai 1940 pour infraction au décret du 26 septembre 1939 prononçant la dissolution des organisations communiste. On lui reprochait sa participation à la diffusion de la propagande pacifiste des JC. Il était alors âgé de 19 ans.

Il a été condamné le 31 janvier 1941 à 20 ans de prison par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand. Son action pacifiste au cours de la guerre de 1939-1940 a donc été jugé par la justice de Vichy.

Après cette décision, les Jeunesses Communistes ont appelé à sa libération en le célébrant comme un "héros de la Jeunesse française" condamné à une lourde peine de prison pour avoir lutté en faveur de... "la Paix" :

1)  Article "Vingt ans de bagne pour avoir lutté pour la paix !" publié dans l'Avant-Garde n° 35 du 12 février 1941 :

"A Clermont-Ferrand, près de la Cour de Riom qui laisse paisibles dans leurs châteaux DALADIER-REYNAUD et les responsables de la guerre, il s'est trouvé des juges de classe assez serviles et haineux pour condamner notre aimé camarade Jean RIEU à vingt ans de bagne. Une immense vague d'indignation et de révolte soulève la jeunesse ouvrière, la jeunesse travailleuse tout entière devant le nouveau crime infâme des capitalistes.
Jean RIEU a vingt ans, et depuis six ans il est membre de la Jeunesse Communiste. Ouvrier en bâtiment avant d'être métallurgiste, il a connu l'exploitation capitaliste et la misère. Dans sa ville de Bordeaux et dans la région il défend avec succès les revendications de la jeunesse travailleuse, il organise avec talent la lutte contre le capitalisme. La guerre impérialiste vient. Malgré la menace de la prison et même de la mort Jean Rieu, membre du Conseil National de notre Fédération des Jeunesses Communistes continue sans faiblir le combat pour la Paix. Il dénonce le capitalisme et ses hommes qui font couler le sang des jeunes français et accumulent les ruines pour défendre leurs privilèges.
Obligé de fuir parce que recherché il devait tombé entre les mains des policiers de REYNAUD-MANDEL. En prison depuis c'est cet admirable combattant de la Paix, ce jeune héros indomptable de la cause de la jeunesse ouvrière que PETAIN et le cagoulard PEYROUTON méditent d'assassiner en le déportant mêlé à la lie de l'humanité.
Devant les juges de classes, Jean RIEU a proclamé sa confiance inébranlable dans la victoire finale du communisme.
Au nom de son Comité National et de tous les jeunes communistes, notre Fédération envoie son chaleureux salut à Jean RIEU.
Jeunes ouvriers, jeunes travailleurs, jeunes français, jeunes françaises, voici les purs héros que vous présente votre organisation de combat la Jeunesse Communiste. Il faut sauver Jean RIEU, nous l'arracherons au bagne. Sa jeune femme et son petit ne doivent pas souffrir de la misère.
A l'action contre l'infamie, à la tête de la jeunesse de France, jeunes communistes en avant pour arracher la libération de Jean RIEU et celle de tous les emprisonnés pour leur lutte en faveur de la paix, l'indépendance de la France et les droits du peuple et de la jeunesse."

2) Article "A l'assaut des Bastilles de Pétain" publié dans l'Avant-Garde n° 37 du 1er mars 1941 :

"JEUNES à l'action pour ouvrir les portes des Bastilles capitalistes. Pour libérer le Jeune Communiste Jean RIEU, héros de la Jeunesse française, condamné à 20 ans de bagne pour avoir défendu la Paix ! Pour le châtiment des responsables de la guerre !"

3) Signé par le Bureau de la Fédération des Jeunesses Communistes de France, un  "Salut à Jean Rieu héros de la jeunesse française" publié dans Notre Jeunesse n° 2 du 2e trimestre 1941 :

"Le bureau de la Fédération des Jeunesses Communistes au nom de ses milliers d'Adhérents saluent affectueusement et avec fierté le Jeune Communiste JEAN RIEU Héros de la Jeunesse Française, condamné à 20 ans de travaux forcés pour sa lutte en faveur de la Paix.
JEAN RIEU, par son activité passée et son attitude courageuse est un exemple de fidélité et de dévouement à la causse du Communisme. Cette fidélité et ce dévouement animent tous les Jeunes Communistes qui luttent contre l'oppression étrangère et la servitude du capital, c'est ce qui explique l'impossibilité de la police d'entraver le développement de notre Fédération, malgré sa féroce répression.
Arraché à son poste de militant révolutionnaire et odieusement condamné à 20 ans de bagne par la justice de classe du capitalisme, JEAN RIEU a montré que les longs mois d'emprisonnement, les souffrances morales et physiques n'ont pas réussi à user son esprit de combativité.
A Clermont, face aux juges de classe, il a clamé sa confiance inébranlable dans la victoire du Peuple de France et a montré à la clique de Paris et de Vichy que la répression féroce ne fait pas peur aux Jeunes Communistes.
Les Jeunes Communistes ardents et enthousiastes prendront exemple sur JEAN RIEU et rien n'arrêtera leur lutte admirable pour le triomphe du plus bel idéal humain qu'il soit : "LE SOCIALISME".
En redoublant nos efforts et en entraînant toujours plus nombreux les jeunes dans la lutte, nous arracherons JEAN RIEU au bagne et nous imposerons la libération des Communistes emprisonnés dans les geôles capitalistes."

Ce salut est suivi de la recommandation suivante : "Groupes de la Jeunesse Communiste, organisez la vente de la photographie de Jean Rieu, "Héros de la Jeunesse française"".

4) Tract d'avril 1941 reproduisant une photographie de Jean Rieu intitulé "Jean Rieu, Héros de la jeunesse française" :

"JEAN RIEU, ouvrier métallurgiste, membre du Comité National de la Fédération des Jeunesses Communistes de France, secrétaire de la Région Bordelaise, condamné à 20 ans de Bagne pour sa lutte en faveur de la paix. [...]
Arrachons Jean RIEU au bagne !"

5) Article "Arrachons Jean Rieu au bagne !" publié dans l'Avant-Garde n° 44 du 16 avril 1941 :

"Devant les juges de classe de CLERMONT-FERRAND, qui devaient le condamner à 20 ans de bagne, le Jeune Communiste Jean RIEU, ouvrier métallurgiste, âgé de 20 ans, s'est conduit en véritable héros de la lutte pour la Paix. Malgré les interruptions des juges militaires, il a cloué au pilori les fauteurs de guerre impérialistes, dénoncé le capitalisme et défendu fièrement son idéal : le Communisme. [...] 20 ans de bagne c'est ce que le sinistre vieillard [le Maréchal Pétain], organisateur de la défaite, réserve aux Communistes lutteurs pour la Paix, tandis qu'il s'apprête à libérer les DALADIER-REYNAUD !
Jean RIEU, c'est le pur héros que la Jeunesse Communiste présente à l'admiration des Jeunes Français ! JEUNESSE DE FRANCE, unissons-nous pour arracher Jean RIEU au bagne du vieux PETAIN !"

6) Article "Les députés communistes sont déportés en Afrique ! / Arrachons Jean Rieu au bagne !" publié dans l'Avant-Garde n° 45 du 23 avril 1941 :

"L'indignation de la Jeunesse française ne cesse de croître devant l'abominable condamnation du Jeune Communiste Jean RIEU, âgé de 20 ans, marié et père d'un enfant, à 20 ans de bagne. Son admirable attitude lui a valu les pires insultes des juges militaires auxquels il a fièrement déclaré : "C'est ma conscience de travailleur qui m'a guidé dans la lutte contre la guerre impérialiste, et j'ai la conviction d'avoir servi les intérêts du peuple et de la jeunesse française !
JEUNES, unis, luttez pour arracher Jean RIEU, héros de la Jeunesse française, au bagne !"

7) Tract "Vive le premier mai" publié à la fin d'avril 1941 :

"Un Jeune Communiste, héros de la Jeunesse Française, Jean Rieu est condamné à 20 ans de bagne pour sa lutte en faveur de la Paix. [...]
Tortures, prison, déploiements de forces policières ne peuvent faire taire la voix de la Jeunesse Communiste et du grand Parti Communiste qui jouissent de la confiance populaire et comptent dans leurs rangs des milliers de héros de la trempe de Jean Rieu.
Liberté pour les défenseurs du Peuples !
Châtiment pour les responsables de la guerre !"


En juin 1941, Hitler a mis fin à l'alliance germano-soviétique en envahissant la Patrie des communistes : l'URSS.

C'est à la suite de cet événement majeur que le Parti communiste a abandonné sa ligne pacifiste pour s'engager dans la lutte contre l'occupant allemand.

Pour incarner l'engagement de la Jeunesse communiste dans la Résistance, le Parti communiste a mis en avant un militant de 17 ans fusillé par les Allemands : Guy Môquet.

Arrêté en octobre 1940 quand le Parti communiste défendait la Paix avec les nazis, Guy Môquet a été fusillé en octobre 1941 en représailles aux attentats de la Résistance communiste. Il présente donc la particularité d'être un Résistant qui n'a jamais résisté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire