"Vive le Premier Mai" (Appel des Jeunesses Communistes pour le 1er mai 1941)

Publié par la Fédération des Jeunesses Communistes de Francele tract "Vive le Premier Mai" appelle la jeunesse française à manifester le 1er mai 1941 pour la constitution d'un "Gouvernement du Peuple" autrement dit un Gouvernement de Paix communiste. (Document 1)


La Paix par la Révolution socialiste

En septembre 1939, le Parti communiste s'est opposé à la guerre contre l'Allemagne d'Hitler en expliquant que la guerre était impérialiste et que sa cause n'était pas le nazisme mais le capitalisme.

La guerre étant injuste, il s'est mobilisé pour la Paix en précisant que seule la destruction du régime capitaliste pouvait en garantir la pérennité.

La Section Française de l'Internationale Communiste (SFIC) autrement dit le Parti Communiste Français (PCF) a adopté ce projet - la Paix par la Révolution socialiste - sur les recommandations de l'Internationale Communiste (IC). Cette dernière a exprimé publiquement sa position sur le conflit européen dans un texte de son secrétaire général, Georges Dimitrov, qui a été diffusé en France en novembre 1939 sous le titre "La guerre et la classe ouvrière des pays capitalistes" :

"Les impérialistes des pays belligérants ont commencé la guerre pour un nouveau partage du monde, pour la domination universelle, en vouant à l'extermination des millions d'hommes. La classe ouvrière est appelée à en finir avec cette guerre à sa façon, dans son intérêt, dans l'intérêt de toute l'humanité travailleuse, et à supprimer, ainsi, à tout jamais, les causes essentielles qui engendrent les guerres impérialistes."

Pour inciter le gouvernement français à faire la Paix avec les nazis, le Parti communiste a lancé dès le début du conflit le mot d'ordre de "Paix immédiate". Illustration de ce point, un texte de janvier 1940 intitulé "Le Parti Communiste Français (SFIC) en lutte contre la guerre impérialiste" :

"Le Parti communiste français entend éclairer les travailleurs sur les conditions d'une lutte efficace contre la guerre impérialiste, il combat sous les mots d'ordre : A BAS LA GUERRE IMPERIALISTE, PAIX IMMEDIATE, en expliquant aux travailleurs qu'il ne peut y avoir de paix véritable, juste et durable, qu'au prix d'une lutte victorieuse contre la réaction capitaliste de France, contre le gouvernement.
 
Dans un article publié dans l'Humanité n° 40 du 25 avril 1940 sous le titre "Les "Pitt et Cobourg" de 1940",  le secrétaire général du PCF, Maurice Thorez - alors réfugié à Moscou - a revendiqué pour la première fois la constitution d'un Gouvernement de Paix communiste :

"Le gouvernement que veut le pays n'est pas celui des "Pitt et Cobourg". C'est un gouvernement de paix, s'appuyant sur les masses populaires, donnant des garanties contre la réaction, assurant la collaboration avec l'Union Soviétique pour le rétablissement de la paix générale.
Seulement un tel gouvernement assurera l'indépendance de notre pays en le libérant de la tutelle des agents du capital français et anglais."

Après l'offensive allemande du 10 mai 1940, le Parti communiste a maintenu sa ligne pacifiste en appelant le Peuple de France à faire la Paix avec les nazis dans un appel publié dans l'Humanité n° 47 du 17 mai 1940 sous le titre "Pour sauver notre pays et notre peuple de la misère, de la ruine et de la mort" :

"Le Parti Communiste a dit et répété que cette guerre a été provoqué par les capitalistes. Pour avoir réclamé la paix, avant que les massacrent ne commencent, des milliers de ses membres ont été jetés en prison, dans les camps de concentration ou dans les bagnes africains. D'autres sont menacés de la peine de mort ! [...]
Aujourd'hui où l'angoisse étreint des millions d'hommes et de femmes de notre pays le Parti Communiste dit, comme toujours, ce qu'il considère être l'intérêt des travailleurs et du peuple de France.
Le rétablissement de la paix, la sécurité et l'indépendance du pays, la liberté et le progrès social exigent que soit impitoyablement chassé le gouvernement des 200 familles qui a entraîné notre pays dans l'aventure présente. [...]
PEUPLE DE FRANCE ! Pour la paix, le pain, la liberté, l'indépendance, SOIS UNIS !
Lutte pour :
Un gouvernement de paix, s'appuyant sur les masses populaires, prenant des mesures contre la réaction, un gouvernement qui s'entende sans délai avec l'Union Soviétique pour le rétablissement de la Paix générale dans le monde."

Après la signature de l'armistice franco-allemand le 22 juin 1940, le Parti communiste a expliqué qu'il était le seul Parti légitime pour négocier la Paix avec Hitler parce qu'il était le seul Parti à s'être opposé à la  guerre.

C'est la position qu'a exprimé l'Humanité du 24 juin 1940 dans un article intitulé "Construire la paix" :

"L'armistice est signé.
Ah, certes nous serrons les poings à la pensée qu'une autre paix eut pu être conclue en Septembre-Octobre dernier comme la proposaient les Communistes. Mais à cette époque Daladier jugeait que les ordres de la Cité de Londres devaient être obéis.
Construire la Paix ! Voilà donc la tâche urgente. [...]
Pour négocier la paix, il faut pouvoir parler au nom du peuple. On ne parle pas au nom du peuple quand on tient en prison et dans les camps des milliers de militants du peuple. Seul, sera digne de négocier une paix équitable, le gouvernement qui rendra au prolétariat ses droits et sa liberté."

Enfin, en févier 1941, le Parti communiste a publié un manifeste-programme intitulé "Pour le salut du Peuple de France" dans lequel il plaidait pour la constitution d'un "Gouvernement du Peuple" et définissait l'ensemble des mesures de "politique intérieure et extérieure indispensables au salut du pays".

Signé par le "Comité Central du Parti Communiste Français (SFIC)", ce Programme de gouvernement prévoyait en politique extérieure la Paix avec l'Allemagne nazie (libération nationale) et en politique intérieure la Révolution socialiste (libération sociale).

Pour illustrer le premier point, on citera les trois premières mesures du chapitre consacré à la politique extérieure :

"1° Libération du territoire national et des prisonniers de guerre. Pour mener cette tâche à bien, le Gouvernement du Peuple mettrait tout en œuvre pour établir des relations PACIFIQUES avec tous les peuples; il s'appuierait sur la puissance que lui conféreraient LA CONFIANCE DU PEUPLE FRANCAIS, LA SYMPATHIE DES AUTRES PEUPLES ET L'AMITIE DE L'UNION SOVIETIQUE.
2° Etablissement de rapports fraternels entre le peuple français et le peuple allemand en rappelant l'action menée par les communistes et par le peuple français contre le traité de Versailles, contre l'occupation du bassin de la Rhur, contre l'oppression d'un peuple contre un autre peuple.
3° Conclusion d'un pacte d'amitié et d'un traité commercial avec l'URSS et poursuite résolue d'une politique de paix destinée à tenir la France en dehors du conflit impérialiste."


Appel des JC pour le 1er mai 1941

Dans un tract intitulé "Vive le Premier Mai", la Fédération des Jeunesses Communistes de France appelle la jeunesse française à se mobiliser pour le 1er mai 1941.

Dans ce texte, les Jeunesses communistes condamnent la guerre impérialiste, accusent le Général de Gaulle d'être un traître au service des "ploutocrates londoniens" !!!, appellent à combattre les capitalistes qu'ils soient "Juifs ou Aryens" !!!, rendent hommage à un "Jeune Communiste, héros de la Jeunesse Française, Jean Rieu est condamné à 20 ans de bagne pour sa lutte en faveur de la Paix.", affirment que "Les Jeunes Français n'ont aucune haine contre les jeunes travailleurs allemands" et enfin plaident en faveur d'un "Gouvernement du Peuple" - autrement dit un Gouvernement de Paix communiste - avec une référence au programme du PCF intitulé "Pour le salut du Peuple de France".

Par son contenu, le tract "Vive le Premier Mai" illustre le projet du PCF : la Paix par la Révolution socialiste. Il se caractérise aussi par son anti-gaulliste et son anglophobie.


Document 1 :

Appel "Vive le Premier Mai"
publié à la fin d'avril 1941

VIVE LE PREMIER MAI
DE LUTTE POUR, LE PAIN, LE MÉTIER, LE TRAVAIL
LA LIBERTÉ ET L’INDÉPENDANCE DE LA FRANCE


JEUNES GENS ET JEUNES FILLES DE FRANCE,

Au lendemain de la guerre que nous imposée les capitalistes français, qui après avoir organisé la défaite, ont fait appel aux troupes étrangères pour nous écraser et conserver leurs privilèges, la tristesse, la désolation et la ruine règnent dans notre pays.

LA GRANDE MISÈRE DE LA JEUNESSE FRANÇAISE [...]

La Jeunesse de France est plongée dans une misère affreuse. Les usines, les bureaux ont fermé leurs portes, 600 000 Jeunes sont sans métier, sans travail. La plupart ne touche pas la maigre allocation de chômage dont le pouvoir d'achat est diminué de moitié par rapport au coût de la vie. [...]
Voilà, Jeunes de France, la triste existence que vous font les capitalistes en ce 1er Mai 1941.

PAS DE COLLABORATION AVEC LES EXPLOITEURS

Fidèles au jeunes héros prolétariens, qui le premier Mai 1890 en manifestant pour la journée de 8 heures trouvèrent la mort, dans la fusillade de Fourmie, vous ferez de ce 1er Mai 1941 une journée de lutte pour vos revendications.
Le 1er Mai c'est un jour traditionnel de combat des travailleurs contre leurs exploiteurs. [...]
La lutte revendicative vous ouvre le chemin de la libération.
Le Parti Communiste, dans son programme "Pour le salut du Peuple de France", nous dit :
"Que partout, d'un bout à l'autre de la France, le peuple revendique; que partout les citoyens réclament leur dû et tous les coups portés au régime d'exploitation et de honte qui déshonorent notre pays hâteront l'heure de son effondrement".
"Ne pas revendiquer, c'est renforcer soi-même les chaînes de l'esclavage; revendiquer, c'est au contraire limer ces chaînes; c'est affaiblir l'ennemi, c'est hâter l'heure de l'avènement du gouvernement du Peuple et de la réalisation de son programme".
Le 1er Mai 1936 a préparé les grèves victorieuses de Juin, le 1er Mai 1941 doit préparer le grand soulèvement populaire qui libérera la Jeunesse Française.
A l'appel de la Fédération des Jeunesses Communistes de France, jeunes travailleurs, jeunes travailleuses, unis dans vos syndicats et vos Comités Populaires pour votre pain quotidien, manifestez le 1er Mai.

LE RÈGNE DE PÉTAIN
C'EST LE RÈGNE DE LA SERVITUDE ! [...]

A BAS LA GUERRE IMPÉRIALISTE ! 

Pétain, Darlan non contents de nous plonger dans la misère et dans la servitude voudraient aussi nous faire recommencer la guerre au service de l'impérialisme Allemand. [...]
Quant aux de Gaulle et de Larminat représentant zélés des ploutocrates londoniens, ils s'efforcent eux aussi d'entraîner les jeunes Français dans la guerre impérialiste pour le compte des capitalistes anglo-saxons. Jeunes Français vous n'avez rien à gagner dans la victoire de l'un ou l'autre clan impérialiste.

VIVE la SOLIDARITÉ INTERNATIONALE des PEUPLES [...]

Les Jeunes Français n'ont aucune haine contre les jeunes travailleurs allemands, italiens ou anglais. Ceux-ci renouvelant l'exemple de Karl Liebknecht qui le 1er Mai 1916 lançait ce cri "A bas le gouvernement, à bas la guerre" feront écho à notre lutte et engageront l'action contre la guerre contre leurs gouvernements.

A BAS LE CAPITALISME
POURVOYEUR DE GUERRE, MISÈRE ET RUINE [...]

Les magnats de la finance internationale qu'ils soient Allemands, Anglais ou Américains, Juifs ou Aryens, qu'ils s'appellent Krupp ou Ford, qu'ils se recommandent du fascisme ou de la démocratie plongent leurs peuples dans la guerre et dans une misère affreuse pour conquérir la suprématie dans le monde.
Mais le capitalisme a fait son temps, il devient un obstacle au progrès humain et à la vie des hommes, il doit être balayé et remplacé par la société nouvelle, le socialisme qui supprimera le profit capitaliste cause essentielle des guerre impérialistes. C'est à cette condition que les jeunes de tous les pays conquerront leur place au bonheur dans une Union fraternelle des peuples comme celle qui existe déjà dans l'URSS aux 15 Républiques amies.

SOLIDARITÉ AUX VICTIMES DE LA RÉPRESSION [...]

Un Jeune Communiste, héros de la Jeunesse Française, Jean Rieu est condamné à 20 ans de bagne pour sa lutte en faveur de la Paix. [...]
Tortures, prison, déploiements de forces policières ne peuvent faire taire la voix de la Jeunesse Communiste et du grand Parti Communiste qui jouissent de la confiance populaire et comptent dans leurs rangs des milliers de héros de la trempe de Jean Rieu.
Liberté pour les défenseurs du Peuples !
Châtiment pour les responsables de la guerre !

VIVE L'U.R.S.S PAYS DE LA JEUNESSE 
LA PLUS HEUREUSE ET LA PLUS LIBRE DU MONDE [...]

JEUNES GENS ET JEUNES FILLES DE FRANCE VOTRE AVENIR EST DANS LE SOCIALSIME.
JEUNES CATHOLIQUES, JEUNES DEMOCRATES, JEUNES SOCIALISTES 
UNISSEZ-VOUS AUX JEUNES COMMUNISTES 
LE 1er MAI ENGAGEONS LE COMBAT POUR FAIRE TRIOMPHER NOS REVENDICATIONS. EN LES FAISANT ABOUTIR NOUS MINERONS LES FONDEMENTS DU VIEUX MONDE EN POURRITURE QUI NOUS ÉCRASE ET NOS ABRÉGERONS NOS SOUFFRANCES. [...]

A BAS LA GUERRE IMPÉRIALISTE !                                    A BAS LE CAPITALISME !

VIVE UN GOUVERNEMENT DU PEUPLE AU SERVICE DU PEUPLE QUI RÉALISERAIT CE PROGRAMME.
VIVE L'UNION DE LA JEUNESSE FRANÇAISE POUR SES REVENDICATIONS.
VIVE LE 1er MAI ! POUR LE  PAIN, LE MÉTIER, LE TRAVAIL, LA LIBERTÉ ET L’INDÉPENDANCE DE LA FRANCE.

La Fédération des Jeunesses Communistes de France.


(Un exemplaire du tract "Vive le Premier Mai" est publié sur le site Pandor)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire