"Pour une paix populaire dans la liberté, l'indépendance et la collaboration fraternelle des peuples !" (Appel du Parti communiste pour le 1er mai 1941)

Signé par le "Comité Central du Parti Communiste Français", le tract "Premier Mai de lutte" appelle les travailleurs français à manifester le 1er mai 1941 pour "une paix populaire dans la liberté, l'indépendance et la collaboration fraternelle des peuples". (Document 1)


La Paix par la Révolution socialiste

En septembre 1939, le Parti communiste s'est opposé à la guerre contre l'Allemagne d'Hitler en expliquant que la guerre était impérialiste et que sa cause n'était pas le nazisme mais le capitalisme.

La guerre étant injuste, il s'est mobilisé pour la Paix en précisant que seule la destruction du régime capitaliste pouvait en garantir la pérennité.

La Section Française de l'Internationale Communiste (SFIC) autrement dit le Parti Communiste Français (PCF) a adopté ce projet - la Paix par la Révolution socialiste - sur les recommandations de l'Internationale Communiste (IC). Le secrétaire général de l'IC, Georges Dimitrov, a défini la position de son organisation dans un article publié en France en novembre 1939 sous le titre "La guerre et la classe ouvrière des pays capitalistes" :

"Les impérialistes des pays belligérants ont commencé la guerre pour un nouveau partage du monde, pour la domination universelle, en vouant à l'extermination des millions d'hommes. La classe ouvrière est appelée à en finir avec cette guerre à sa façon, dans son intérêt, dans l'intérêt de toute l'humanité travailleuse, et à supprimer, ainsi, à tout jamais, les causes essentielles qui engendrent les guerres impérialistes."

Pour inciter le gouvernement français à faire la Paix avec les nazis, le Parti communiste a lancé dès le début du conflit le mot d'ordre de "Paix immédiate". Illustration de ce point, un texte de janvier 1940 intitulé "Le Parti Communiste Français (SFIC) en lutte contre la guerre impérialiste" :

"Le Parti communiste français entend éclairer les travailleurs sur les conditions d'une lutte efficace contre la guerre impérialiste, il combat sous les mots d'ordre : A BAS LA GUERRE IMPERIALISTE, PAIX IMMEDIATE, en expliquant aux travailleurs qu'il ne peut y avoir de paix véritable, juste et durable, qu'au prix d'une lutte victorieuse contre la réaction capitaliste de France, contre le gouvernement.
 
Dans un article publié dans l'Humanité n° 40 du 25 avril 1940 sous le titre "Les "Pitt et Cobourg" de 1940",  le secrétaire général du PCF, Maurice Thorez - alors réfugié à Moscou - a revendiqué pour la première fois la constitution d'un Gouvernement de Paix communiste :

"Le gouvernement que veut le pays n'est pas celui des "Pitt et Cobourg". C'est un gouvernement de paix, s'appuyant sur les masses populaires, donnant des garanties contre la réaction, assurant la collaboration avec l'Union Soviétique pour le rétablissement de la paix générale.
Seulement un tel gouvernement assurera l'indépendance de notre pays en le libérant de la tutelle des agents du capital français et anglais."

Après l'offensive allemande du 10 mai 1940, le Parti communiste a maintenu sa ligne pacifiste en appelant le Peuple de France à faire la Paix avec les nazis dans un appel publié dans l'Humanité n° 47 du 17 mai 1940 sous le titre "Pour sauver notre pays et notre peuple de la misère, de la ruine et de la mort" :

"Le Parti Communiste a dit et répété que cette guerre a été provoqué par les capitalistes. Pour avoir réclamé la paix, avant que les massacrent ne commencent, des milliers de ses membres ont été jetés en prison, dans les camps de concentration ou dans les bagnes africains. D'autres sont menacés de la peine de mort ! [...]
Aujourd'hui où l'angoisse étreint des millions d'hommes et de femmes de notre pays le Parti Communiste dit, comme toujours, ce qu'il considère être l'intérêt des travailleurs et du peuple de France.
Le rétablissement de la paix, la sécurité et l'indépendance du pays, la liberté et le progrès social exigent que soit impitoyablement chassé le gouvernement des 200 familles qui a entraîné notre pays dans l'aventure présente. [...]
PEUPLE DE FRANCE ! Pour la paix, le pain, la liberté, l'indépendance, SOIS UNIS !
Lutte pour :
Un gouvernement de paix, s'appuyant sur les masses populaires, prenant des mesures contre la réaction, un gouvernement qui s'entende sans délai avec l'Union Soviétique pour le rétablissement de la Paix générale dans le monde."

Après la signature de l'armistice franco-allemand le 22 juin 1940, le Parti communiste a expliqué qu'il était le seul Parti légitime pour négocier la Paix avec Hitler parce qu'il était le seul Parti à s'être opposé à la  guerre.

C'est la position qu'a exprimé l'Humanité du 24 juin 1940 dans un article intitulé "Construire la paix" :

"L'armistice est signé.
Ah, certes nous serrons les poings à la pensée qu'une autre paix eut pu être conclue en Septembre-Octobre dernier comme la proposaient les Communistes. Mais à cette époque Daladier jugeait que les ordres de la Cité de Londres devaient être obéis.
Construire la Paix ! Voilà donc la tâche urgente. [...]
Pour négocier la paix, il faut pouvoir parler au nom du peuple. On ne parle pas au nom du peuple quand on tient en prison et dans les camps des milliers de militants du peuple. Seul, sera digne de négocier une paix équitable, le gouvernement qui rendra au prolétariat ses droits et sa liberté."

Enfin, en févier 1941, le Parti communiste a publié un manifeste-programme intitulé "Pour le salut du Peuple de France" dans lequel il plaidait pour la constitution d'un "Gouvernement du Peuple" et définissait l'ensemble des mesures de "politique intérieure et extérieure indispensables au salut du pays".

Signé par le "Comité Central du Parti Communiste Français (SFIC)", ce Programme de gouvernement prévoyait en politique extérieure la Paix avec l'Allemagne nazie (libération nationale) et en politique intérieure la Révolution socialiste (libération sociale).

Pour illustrer le premier point, on citera les trois premières mesures du chapitre consacré à la politique extérieure :

"1° Libération du territoire national et des prisonniers de guerre. Pour mener cette tâche à bien, le Gouvernement du Peuple mettrait tout en œuvre pour établir des relations PACIFIQUES avec tous les peuples; il s'appuierait sur la puissance que lui conféreraient LA CONFIANCE DU PEUPLE FRANCAIS, LA SYMPATHIE DES AUTRES PEUPLES ET L'AMITIE DE L'UNION SOVIETIQUE.
2° Etablissement de rapports fraternels entre le peuple français et le peuple allemand en rappelant l'action menée par les communistes et par le peuple français contre le traité de Versailles, contre l'occupation du bassin de la Rhur, contre l'oppression d'un peuple contre un autre peuple.
3° Conclusion d'un pacte d'amitié et d'un traité commercial avec l'URSS et poursuite résolue d'une politique de paix destinée à tenir la France en dehors du conflit impérialiste."


Appel du PCF pour le 1er mai 1941

Appel à manifester pour le 1er mai 1941 signé par le "Comité Central du Parti Communiste Français", le tract "Premier Mai de lutte" appelle le Peuple de France à se mobiliser pour "une paix populaire dans la liberté, l'indépendance et la collaboration fraternelle des peuples".

Dans ce texte "la paix populaire" désigne le traité de Paix qu'un Gouvernement du Peuple négocierait avec Hitler. La présence dans cette négociation d'un gouvernement communiste en garantirait non seulement le succès mais aussi sa conformité aux intérêts du peuple français et du peuple allemand. C'est d'ailleurs pour cette raison que la paix populaire serait le fondement d'une "collaboration fraternelle" entre le peuple français et le peuple allemand.

Pour convaincre les Français d'adhérer son projet pacifiste, le Parti communiste affirme que dans le conflit anglo-allemand la victoire de l'un ou de l'autre impérialisme garantira à la France le même résultat à savoir "une paix de servitude et de misère".

Pour les communistes, que la France soit dirigée par le Général de Gaulle ou par le Maréchal Pétain, elle sera dans les deux cas soumise à un impérialisme étranger ("servitude") et contrainte de conserver un régime capitaliste ("misère").

La cause de la guerre impérialiste étant le régime capitaliste, elle ne connaîtra donc qu'une paix éphémère.

Dernier élément, ce tract condamne toute intervention américaine dans la guerre en demandant la libération de "Earl Browder, secrétaire général du Parti Communiste des Etats-Uni, que la clique Roosevelt a jeté en prison pour quatre ans à cause de la lutte menée par les communistes américains contre les fauteurs et profiteurs de guerre d'outre Atlantique."


Document 1 :

Appel pour un "Premier Mai de lutte"
publié à la fin d'avril 1941

PREMIER MAI DE LUTTE 

Contre la guerre impérialiste ! 
Contre une paix de servitude et de misère

Pour une paix populaire dans la liberté, l'indépendance et la collaboration des peuples !


Travailleurs français,

Sûr qu'ils étaient de voir les travailleurs français faire du Premier Mai un jour de lutte revendicative pour le pain, la liberté et la paix, les capitalistes de notre pays aux ordres des occupants ont décidé de transformer cette journée en fête chômée. [...]

La deuxième guerre mondiale

Désormais, la deuxième guerre mondiale est devenue pratiquement une guerre mondiale  dont les ravages s'étendent à des territoires de plus en plus vastes et il est clair qu'aucun des deux groupes impérialistes en lutte ne peut offrir aux peuples sacrifiés et meurtris une solution correspondant à leurs intérêts. Il est clair également qu'aucun des groupes impérialistes qui se disputent la domination du monde capitaliste ne peut offrir aux masses laborieuses une solution conforme aux véritables intérêts de la paix. [...]

La politique indépendante de paix de l'URSS [...]

Contre la répression capitaliste internationale [...]

Liberté pour Earl Browder, secrétaire général du Parti Communiste des Etats-Uni, que la clique Roosevelt a jeté en prison pour quatre ans à cause de la lutte menée par les communistes américains contre les fauteurs et profiteurs de guerre d'outre Atlantique.
Liberté pour les députés communistes français qui pour avoir défendu la paix ont été condamnés à quatre et cinq de ans de prison puis envoyés en Afrique où des gouvernants indignes aux ordres des occupants veulent les faire mourir dans les sables brûlants du désert du Sahara.

Peuple de France debout

Lève -toi peuple de France et fais du Premier Mai le point de départ d'une campagne de tous les instants : [...]
Contre une paix impérialiste de servitude et de misère.
Pour une paix populaire assurant la liberté nationale à chaque pays. [...]

OUVRIERS, PAYSANS, ARTISANS, INTELLECTUELS !

Faites du Premier Mai 1941 une journée de lutte revendicative; unissez-vous sous le signe de la liberté et de l'indépendance de la France, sous le signe de la lutte contre la guerre impérialiste.
Luttez côte à côte pour faire triompher vos revendications et vous hâterez ainsi l'heure du Gouvernement du Peuple que préconise le Parti Communiste, le Gouvernement des usines à la collectivité, le Gouvernement de la terre aux paysans, le Gouvernement de la lutte implacable contre le capitalisme, le Gouvernement de l'amitié avec l'URSS, le Gouvernement du pain, de la liberté et de la paix, le Gouvernement de la libération sociale et nationale de la France.
Vive le Front populaire de lutte contre la guerre impérialiste et pour une paix populaire dans la liberté, l'indépendance et la collaboration fraternelle des peuples.


Le Comité Central du Parti Communiste Français (SFIC)

(Un exemplaire de ce tract est publié sur le site Pandor)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire